A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, ce 2 novembre, voici la traduction de la résolution adoptée le 25 octobre par l’Assemblée générale de l’AEJ lors du congrès de l’association.

L’Assemblée générale annuelle de la European Association of Journalists (AEJ), réunie dans le Burgenland, en Autriche, condamne le nombre élevé d’agressions violentes contre les journalistes, les actes de harcèlement et d’ingérence arbitraires et les autres attaques contre la liberté de la presse et la liberté d’expression dans les pays européens, y compris en Azerbaïdjan, en Biélorussie, en Turquie et en Russie.

Les membres de l’Association appellent tous les Etats à remplir l’engagement solennel de créer un environnement permettant aux journalistes de travailler en sécurité, qu’ils ont pris en décembre 2013 lors de l’adoption sans opposition de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies sur la sécurité des journalistes.

Nous accueillons favorablement l’établissement par cette résolution du 2 novembre comme Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, et nous appelons à des actions urgentes par les autorités étatiques, les organisations professionnelles et de la société civile pour éradiquer l’impunité, dans la ligné des événements spéciaux organisés par le Conseil de l’Europe, l’UNESCO et d’autres organisations intergouvernementales.

Nous rappelons en particulier aux gouvernements européens leur obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger les journalistes de toutes formes d’attaques et de menaces, et de s’assurer que les crimes contre les journalistes font l’objet d’enquêtes rapides et efficaces et de poursuites, et que les responsables sont présentés à la justice, conformément à leurs devoirs relatifs au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention européenne des droits de l’homme, et conformément à leurs engagements en tant que membres de l’Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE).

L’AEJ dénonce l’usage de la violence contre les journalistes et toutes les tentatives pour réduire au silence les voix critiques ou différentes. Elle rappelle aux journalistes et autres professionnels des médias l’importance qu’il y a à enquêter sur, rapporter et révéler les abus de pouvoir, la coercition et l’intimidation visant à réduire au silence les voix critiques et indépendantes.

Les membres de l’AEJ demandent instamment des actions pour stopper les interférences politiques et sous d’autres formes dans le contenu éditorial ; l’impunité qui engendre un climat de peur et d’autocensure ; les lois sur les médias oppressives et les mauvais usages des amendes et pouvoirs administratifs ; les abus des lois sur la diffamation et le blasphème. Ils demandent des actions par les autorités étatiques et les citoyens concernés pour éradiquer l’impunité consistant à ne pas découvrir et punir les crimes contre les professionnels des médias.

L’Assemblée générale adresse cette résolution aux dirigeants et Etats membres du Conseil de l’Europe, de l’Union européenne et de l’OSCE.

Posted on: 2 novembre 2014 | Author: ajefrance
Categories: Communiqués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *