Les 12 organisations qui participent à la Plateforme pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes partenaires auprès du Conseil de l’Europe – dont l’AEJ fait partie – ont publié le 12 février leur rapport annuel sur « les menaces et les attaques contre la liberté des médias en Europe« .

Elles y affirment entre autres que « la liberté de la presse en Europe n’a jamais été aussi fragile depuis la fin de la Guerre froide. Les journalistes font de plus en plus face à l’obstruction, à l’hostilité et à la violence lors de leurs enquêtes et leurs articles dans l’intérêt des citoyens », raison pour laquelle elles estiment que « des initiatives urgentes soutenues par une démonstration de volonté politique de la part des pays membres du Conseil de l’Europe sont à présent nécessaires pour améliorer les dures conditions de la liberté de la presse et pour fournir une protection adéquate par la loi et dans la pratique aux journalistes. »

Les 12 partenaires ont compté « 140 violations sériueses dans 32 pays membres de la Plateforme en 2018 » et dénoncent le fait que « l’impunité protège habituellement les responsables de crimes violents visant délibérément les journalistes pour leur travail », ainsi que le fait que « la protection légale a été progressivement affaiblie et refusée », ajoutent-ils, et « l’espace pour que la presse rienne le gouvernement et les puissants pour responsables de leurs actions s’est restreint. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *