Screen Shot 2017-07-18 at 19.36.31

L’Association des journalistes européens – section France (AJE) exprime son inquiétude face à la détérioration des conditions de travail des journalistes polonais en raison des pressions qu’ils subissent de la part du pouvoir actuel et du climat qui s’est installé en Pologne depuis que le parti Droit et Justice (PiS) est au gouvernement.

Le dernier épisode en date concerne Dorota Bawołek (photo: Polsat), correspondante à Bruxelles pour la chaîne de télévision indépendante Polsat depuis 2008. Lors d’un point de presse d’un porte-parole de la Commission européenne, le 13 juillet, à Bruxelles, elle a demandé une réaction de ce dernier face à ce qu’elle a qualifié de déclin de la démocratie en Pologne.

Le même jour, le PiS a voté une loi disposant le départ à la retraite des juges de la Cour suprême en poste, à l’exception de ceux nommés par le ministre de la Justice, et leur remplacement par de nouveaux juges nommés par le garde des Sceaux. Une mesure qualifiée de “coup d’Etat” par l’opposition.

Face à l’absence de réaction de la part du porte-parole en question, Dorota Bawołek a fait part de son étonnement, la Pologne a-t-elle affirmé “pourrait bien quitter l’UE si vous ne réagissez pas à des épisodes comme celui-ci”. Il s’agit d’un procédé habituel, lors des points de presse dans la Commission, où les journalistes ont le droit de “réplique”, et posent une question plus “dure” au second passage.

Dans une vidéo publiée peu après, TVP, la télévision publique polonaise, asservie au PiS, a qualifié les questions de Dorota Bawołek de “provocations”, ajoutant que la Commission n’y avait pas donné suite. Dans un commentaire, Dominik Zdort, qualifié de “publiciste”, a affirmé qu’il s’agissait de questions purement politiques, que Bawołek a tenté de manipuler la Commission et que les standards professionnels de Polsat étaient devenus proprement “inadmissibles”.

Le sujet de TVP a suscité des centaines de messages de haine contre Dorota Bawołek et Polsat sur les réseaux sociaux.

Pour ces raisons, l’AJE demande :

  1. Que la Commission européenne communique régulièrement et dans le détail sur l’état du dossier concernant la procédure de protection de l’Etat de droit en Pologne
  2. Que le gouvernement polonais respecte la liberté de la presse en Pologne et s’abstienne de faire pression directement ou indirectement sur les journalistes
  3. Que la télévision publique polonaise maintienne la neutralité requise par son statut de service public
Posted on: 18 juillet 2017 | Author: ajefrance
Categories: Communiqués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *