Nous avons appris que la Commission européenne a décidé de ne pas renouveler le contrat la liant à Euranet Plus, le réseau de radios européennes qu’elle finance depuis son lancement, en 2007. La fermeture est prévue à la fin du contrat, en mars 2017.

En 10 ans, Euranet Plus a fait la preuve de son indépendance, de son professionnalisme et de son efficacité dans sa relations avec les plus grands médias européens.
Formé de 18 radios européennes nationales et locales – parmi lesquelles la RTBF (Belgique), Radio24 (Italie), BFM Business (France), Radio Romania (Roumanie) ou Polskie Radio (Pologne) – dans 18 pays et représentant une audience de plus de 22 millions de personnes par jour en 14 langues différentes, Euranet plus finance des émissions traitant des sujets européens sous un angle transnational et produit elle-même des sons et des sujets mis à la disposition des membres du réseau. Elle perçoit pour cela un budget de 6 millions d’euros par an de la Commission, son unique bailleur. Elle joue un rôle fondamental dans la mise en relation de stations nationales pour l’échange de programmes. Un rôle qu’aucune autre structure ne peut assurer, et qui relève de la mission de service public d’information pour les citoyens européens.

Le réseau européen EuranetPLus

Le réseau européen EuranetPLus

La décision de la Commission de ne pas renouveler son contrat met directement en danger les postes des plusieurs journalistes qui sont financés à 100 % par Euranet Plus. Plus grave, elle affaiblit encore plus la diffusion d’une information de qualité sur les sujets européens. Si l’existence des radios partenaires du réseau n’est pas menacée, il est fort probable que les programmes consacrés à l’actualité européenne financés par Euranet Plus s’interrompent.

Cette situation n’est pas sans rappeler celle de Presseurop.eu : lancé en 2009 sur un appel d’offre de la Commission européenne, ce site d’actualité européennes multilingue s’est arrêté en 2013, après que la Commission avait brusquement retiré l’appel qui devait lui permettre de poursuivre son activité.

Alors que les responsables de l’Union Européenne se lamentent du peu d’attention consacrée par les médias à l’actualité de l’UE et que l’information sur les questions européennes apparaît plus importante que jamais en cette période de crise que traverse l’Europe et de défiance croissante des opinions publiques vis-à-vis des institutions européennes, l’AJE – France exprime sa plus vive inquiétude pour le sort d’Euranet Plus et demande à la Commission européenne de trouver une solution adéquate conformément à son mandat de sauvegarde de l’intérêt général.

L’AJE France


De façon plus générale, l’AJE-France estime qu’en ces temps de difficulté pour les médias, devrait être mis en place un Fonds pour la diversité des médias en Europe qui permettrait de dégager les activités de communication de la Commission européenne du soutien nécessaire aux médias. Dans plusieurs pays (Hongrie…), la diversité des médias se réduit. Tandis que dans d’autres, les médias qui osent parler d’Europe sont réduits à la portion congrue. Ce fonds pourrait être alimenté non seulement par le budget communautaire mais également par les amendes imposées aux entités ou entreprises du secteur pris en flagrant délit de violation des règles de la concurrence ou des droits d’auteur.

 

One Response to L’arrêt d’Euranet Plus serait une absurdité journalistique et politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *