Monopoles, pressions économiques et politiques, législations : le pluralisme de la presse européenne fait face à de multiples risques.

Un rapport, publié le 30 mars par l’European University Institute’s Centre for Media Pluralism and Media Freedom (CMPF) dresse un bilan complet la situation dans 19 pays de l’Union Européenne.

La situation en France présente « un risque faible à modéré » selon les mesures du CMPF. Le principal risque relevé est « la concentration excessive des médias et le contrôle des médias par des hommes politiques « . En province, « il arrive fréquemment qu’un unique journal bénéficie d’une d’une position de monopole de facto, avec au mieux une compétition de petits journaux locaux, de quotidiens nationaux, et dans les grandes villes, avec les journaux gratuits« .

Le rapport relève aussi « une spécificité française » : « les groupes de médias français font souvent partie d’un conglomérat commercial et industriel plus vaste. Cela différencie la France par rapport à la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou l’Italie, où les grands acteurs des médias se consacrent exclusivement à des activités liées aux médias. De plus, ces conglomérats industriels participent souvent à des appels d’offre publics (Dassault dans l’aviation militaire, Bouygues dans la construction…) ou ont des intérêts dans des réglementations publiques (Bouygues et sa branche télécoms). Cette situation a été critiquée car elle crée un conflit d’intérêt potentiel entre l’Etat français et des conglomérats. »

Autre particularité française, « le modèle républicain » qui ne « reconnaît pas les origines ethniques, les minorités nationales, ou d’autres communautés. Ce qui entraîne l’inexistence de protections envers ces groupes« .

L’absence de code de déontologie ou de conseil de presse est également relevée.

Le CMPF, basé à Florence (Italie), travaille avec des équipes d’experts dans chaque pays, et est financé en grande partie par la Commission Européenne. Il prévoie de publier prochainement un nouveau rapport qui couvrira les 28 pays de l’UE, ainsi que la Turquie et le Monténégro.

Vous pouvez consulter le rapport complet sur la situation en France à cette adresse : http://monitor.cmpf.eui.eu/results-2014/france/

L’intégralité des rapports sur les 19 pays européens : http://monitor.cmpf.eui.eu/mpm2015/results/

Fabrice Pozzoli-Montenay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *