remisetradesecretsFR270000

Dans un communiqué, les eurodéputés socialistes et radicaux ont appelé non « pas à rejeter cette directive » mais « en faire une directive qui protège les journalistes et leurs sources. « En effet, il y a en Europe des journalistes qui sont toujours menacés, ainsi que leurs sources, en Hongrie notamment ; ce projet de directive doit permettre d’améliorer leur situation ! » rappelle Virginie Rozière, qui est membre de la commission juridique qui examinera le texte ce mardi 16 juin au Parlement européen à Bruxelles.

« Nous devons protéger la valeur économique des secrets et du savoir-faire de nos entreprises : Airbus ne doit pas pouvoir être espionné par Boeing, cela nul ne le conteste ! Mais les intérêts économiques, quand ils se matérialisent par des pratiques malhonnêtes et/ou contestables, ne doivent jamais primer sur l’intérêt général. Les lanceurs d’alerte, les journalistes, les ONG ou encore les représentants du personnel sont des garde-fous essentiels contre une vision de l’économie qui nierait les intérêts sociaux et environnementaux » souligne Virginie Rozière.

L’eurodéputée (PRG) qui a déposé des amendements visant à mieux protéger journalistes et sources veut aussi réaffirmer « la primauté des intérêts sociaux, environnementaux et démocratiques sur les intérêts économiques ». « Si la confidentialité de certaines informations peut être importante pour la santé et l’avenir de nos entreprises, qui n’ont pas nécessairement les moyens de se protéger contre les pratiques de concurrents malhonnêtes, en aucun cas cela ne doit servir de prétexte à museler la presse et les lanceurs d’alerte » conclut l’eurodéputée originaire de Montpellier, élue de la circonscription grand sud-ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *